AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
¤ Nous recherchons des joueurs de tout niveau et de tout âge, venez peupler le forum ! ¤
¤ Les points d'Aide à la Communauté et de Plume permettent de changer de niveau ¤
¤ Tout nouveau membre recevra 10 points d'Aide à la Communauté en bonus ¤
¤ Tout nouveau membre prenant un PV recevra 15 points d'Aide à la Communauté en bonus ¤

Partagez | 
 

 Un jour plat... [OK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Innocent - Admin
Innocent - Admin
avatar

Messages : 125
Race : Humain de Terra Gaïa
Localisation : Lutèce
Travail du perso : Combat et modèle

MessageSujet: Un jour plat... [OK]   Jeu 9 Sep - 1:02

C’était un jour semblable aux autres, le matin s’était levé tard car c’était l’hiver mais c’était tous. Méropée, elle, c’était levée avant le soleil. Elle devait préparer le petit déjeuner de sa mère qui était très matinale. Le matin sa mère buvait toujours du thé avec des tartines à la confiture. La confiture et le thé était plutôt rare mais sa mère se débrouillait toujours s’en procurer, elle ne survivrait pas sans avait-elle un jour soupiré. Méropée trouvait que c’était du caprice mais elle n’avait pas le droit de donner son avis. Elle fit bouillir l’eau sur la plaque électrique puis s’affaira à couper le pain pour le griller à la poêle. Elle sortit la confiture d’un placard, du thé, du miel et aussi un bol avec une cuillère. 5 minutes plus tard quand sa mère pénétra dans la minuscule cuisine qui fessait office également de salon, elle put voir son déjeuner prêt à être dévoré. D’un geste elle congédia Méropée, sa mère ne supportait pas de la voir au réveil sans qu’elle comprenne pourquoi.

Méropée disparut dans sa chambre, elle était petite mais dans London il était déjà rare d’avoir une chambre à sois alors elle ne s’en plaignait pas. Sa mère allait bientôt se mettre à lire sa bible et on était un dimanche elle n’avait aucun cours. Elle était sensé rester enfermé toute la journée dans cette chambrette ou elle n’avait rien à faire mis à part des travaux de couture et de la lecture. Elle détestait la couture et si elle aimait lire, cette journée là elle n’avait qu’une envie c’était de prendre un bain de soleil. Car malgré l’hiver elle voyait naitre un soleil éblouissant aujourd’hui. Alors en douceur elle ouvrit la fenêtre. Elle habitait au premier étage mais elle avait l’habitude de descendre par là s’appuyant sur les volets du rez-de-chaussée, elle glissa un oreiller sous sa fenêtre pour éviter qu’elle ne se renferme de façon définitive puis descendit.

Une fois en bas elle tira un coup sec sur sa robe noire courte. C’était le genre de vêtement que sa mère ne supportait pas qu’elle mette mais depuis quelques semaines elle ne pouvait rien dire, Méropée sortait avec un chanteur connut, elle ne pouvait plus la frapper. Pour la première fois de sa vie sa mère avait peur des conséquences de ses actes. Méropée en ressentait une joie intense. Méropée fouilla derrière des poubelles c’était là qu’elle cachait sa planche dans un trou qu’elle rebouchait avec une planche recouverte de terre. Elle l’avait acheté avec l’économie de ses combats.

Elle activa son aimant, la planche s’éleva à une trentaine de centimètre du sol, Méropée grimpa dessus fixant ses pieds avec des lanières. Elle enfila des gants électroniques et d’une pression de tous les doigts sauf du pouce elle avança et glissa dans la ville. Sa main droite lui permettait d’accélérer sa gauche de freiner pour tourner, se pencher ou monter elle utilisait le poids de son corps. C’était très simple et sa pouvait aller très vite. Mais sa planche à elle était de qualité moyenne, le genre de planche qui ne va pas plus vite que 40-50 km heure. Pourtant Méropée en était extrêmement satisfait en moins de 10 minutes elle était chez Evan. Il était là. Quand il la vit, il ne bougea pas de son Babyfoot, il jouait avec Léandre, un membre de son groupe. Méropée descendit de sa planche et retira ses gants avant de les poser dans le garage d’Evan. Elle revint près de lui et il la saisit par la taille avec une bonhomie étonnante. D’habitude il trouvait toujours à se plaindre de quelque chose.

Il l’embrassa et son cœur resta aussi calme que la surface d’un lac. Elle ne l’aimait pas mais il ne l’insupportait pas. En gros elle le supportait malgré qu’il la trompe toutes les semaines. Mais comme elle n’était pas amoureuse cela ne lui fessait ni chaud ni froid. Etre avec lui c’était avoir la paix avec sa mère alors tant qu’elle n’aurait que lui, elle ne le lâcherait pas. Sans doute qu’il la croyait follement amoureuse pour ne pas le quitter malgré le chaud lapin qu’il était. Méropée se laissait volontiers flatter cette idée, l’ego des hommes était souvent un obstacle pour qu’ils voient la vérité. C’était tant mieux pour les femmes.


- Tout vas bien princesse ?
- Beaucoup mieux à présent…

Méropée se trouva grinçante de niaiserie mais c’était un prix bien faible à payer pour ne plus se faire cogner. Une goutte de pluie tomba sur son bras, puis une deuxième. Ensemble ils levèrent les yeux au ciel. Soudainement il avait pris des teintes gris taupes. D’un accord commun les trois jeunes gens décidèrent d’entrer à l’intérieur. Une fois dedans les volets claquèrent, ils se débrouillèrent pour le fermer. Méropée n’avait pas peur. La maison d’Evan était récente, grâce au succès de son groupe il avait put le construire, elle était en béton, bien plus solide que son appartement dont parfois le toit lui tombait dessus un peu en poussière. Sous son impulsion ils débranchèrent les machines électriques.

Soudain Méropée s’inquiéta pour Adam le frère d’Evan et quand il apparut dans le salon baillant un soulagement étrange la parcourut. Elle l’aimait bien, il était bien plus intéressant qu’Evan, il aurait put être son ami si lui ou elle aurait bien voulu faire le premier pas. Elle, elle ne le fessait pas par méfiance du monde l’entourant, lui elle ne savait pas trop. Evan s’installa sur le canapé et lui fit signe mais elle préféra aller se servir un verre de vodka, elle en servit pour tous le monde puis resta debout sirotant l’alcool. Elle entendit le ciel rugir. La seule lampe qu’il avait laissée éteinte s’éteignit. Coupure de jus sa allait mettre une éternité à se réparer ça. Elle fouilla dans la cuisine à la recherche de bougie. Adam vint la rejoindre et les sortit calmement, ils les allumèrent et tous s’observèrent berçé par le bruit fracassant du tonnerre.

Régulièrement des éclairs de lumière s’insinuaient dans la fente des volets pour illuminer un cours instant le salon-cuisine. C’était impressionnant, de mémoire Méropée n’avait jamais vu un tel orage. Peut-être que Dieu était réellement mécontent, c’était ce que sa mère dirait en tout cas. Léandre marmonna que les gens avaient sûrement encore été des pourris pour que Zeus se fâche ainsi. Méropée ne savait pas trop quoi penser, certes les gens étaient affreux mais avait-il le choix alors qu’ils souffraient de la misère ? Méropée croyait en la Jucalam qui voulait soulager la douleur des gens. Silencieusement elle se mit à prier tout en finissant son alcool. Evan finit par la rejoindre pour l’embrasser dans le cou, elle se laissa faire tellement ailleurs. De toute manière son corps n’était plus relié à son cœur depuis longtemps. Elle n’avait même jamais aimé.


- Tu n’as pas peur ? lui murmura Evan un peu nerveux.

Méropée ne répondit rien, le laissant croire ce qu’il souhaitait. La chose au dessus de leur tête, elle le sentait était plus qu’un orage, c’était plutôt une tempête. Elle savait que des milliers de gens sans sous se trouveraintt encore plus démunis après mais pourtant elle ne parvenait pas à en ressentir de l’appréhension. Vivre ou mourir cette question l’avait toujours peu préoccupé. Son destin n’avait encore rien de tracé, c’était comme si elle n’était pas encore entré dans le monde du vivant, comme si elle n’était qu’ne ombre voyageuse. Soudain elle tendit son oreille. Il lui semblait entendre des cris à l’extérieur. Elle se dégagea des bras d’Evan et partit coller son oreille contre la porte en bois massif. Adam intrigué fit de même mais un peu plus haut, malgré qu’elle soit grande il fessait presque deux têtes de plus le gaillard. Elle entendit des hurlements on criait « Au feu ! Aidez-nous ! ».

Et Méropée voulut les aider mais Evan et Léandre l’en empêchèrent en pressant leur main sur la porte. Ils avaient raison c’était idiot de sortir là. Tous les 4 se laissèrent glisser par terre à côté de la porte. Evan comme pour essayer de couvrir vainement l’orage se mit à chanter. Adam récupéra sa guitare et Léandre se contente d’essayer de taper un rythme sur ses cuisses. Méropée se mordit la lèvre et ferma les yeux. Comme d’habitude elle était absente et illogique. Pourquoi avait-elle voulu donc aider ses gens aux périls de sa vie ? Rien de plus idiot mais une seconde elle avait été prête à foncer… Elle s’endormit sans même s’en rendre compte sur les genoux d’Adam. Quand elle se réveilla des heures plus tard, elle était sur le canapé et la tempête était passée. Sans même un mot comme une voleuse elle quitta l’appartement et rentra chez elle ou a mère ayant fini évidement par remarquer sa disparition l’attendait de pied ferme. Elle lui hurla dessus sur comment elle avait été inquiète. Méropée n’entendit que les premiers mots, après c’était trop tard elle s’était de nouveau enfermé dans sa chambre. Cette tempête elle l’oublia vite pourtant elle avait fait des milliers de mort à London. Son petit univers n’avait rien et cela lui suffisait pour oublier le restant.

♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦

L'univers existe pour que j'existe.
♦️ Administratrice ♦️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdoor.forumactif.com
 

Un jour plat... [OK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Door :: Le Jour de le Faille-