AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
¤ Nous recherchons des joueurs de tout niveau et de tout âge, venez peupler le forum ! ¤
¤ Les points d'Aide à la Communauté et de Plume permettent de changer de niveau ¤
¤ Tout nouveau membre recevra 10 points d'Aide à la Communauté en bonus ¤
¤ Tout nouveau membre prenant un PV recevra 15 points d'Aide à la Communauté en bonus ¤

Partagez | 
 

 Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elevé - Inférieur
avatar

Messages : 16
Race : Humain de Terra Gaïa
Localisation : Lutèce - Le Fil d'Ariane
Travail du perso : Gérant du salon de thé Le Fil d'Ariane

MessageSujet: Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]   Lun 13 Sep - 15:05

Le Fil d'Ariane était vide pour une fois, on était en pleine journée et les combats du soir ne débuteraient pas avant de longues heures. Et du coup, les enfants jouaient tranquillement dans la grande salle, les plus vieux, ceux qui savaient lire, lisaient pour les plus petits et ceux qui n'avaient jamais appris à lire. Amélia était assise sur les genoux d'une jeune adolescente aux cheveux, yeux et ongles bleus. Elle avait une anomalie sanguine la rendant résistante à l'extrême froid, c'était pour cela qu'elle restait ici, avec tous les Innocents et les autres orphelins, les gens dehors la verraient toujours comme une gamine bleue et rien d'autre. Par chance, elle savait lire et écrire et elle pouvait même instruire les autres enfants. C'était ce qu'elle commençait à faire avec la petite Amélia, ma petite Amélia, qui tentait de lire vainement les mots écrits sur un livre. Mais ce n'était certainement pas le livre le plus simple à lire puisque c'était le Hamlet de Shakespeare, mais bon il fallait bien commencer quelque part non ?

Moi, j'étais assis derrière le comptoire du bar, je n'attendais pas vraiment les clients potentiels, il n'y en aurait sans doute pas beaucoup aujourd'hui. Les seuls que j'eus vu de la journée avaient été un professeur qui venait lire un livre qu'on ne trouvait plus beaucoup et un marchand qui venait pour que l'on discute d'un quelconque commerce pour fournir mon salon de thé. Mais ni l'un ni l'autre ne pensait que le Fil d'Ariane était digne d'intérêt en tant que salon de thé. J'étais accoudé sur le bar, le poing maintenant ma tête en l'air pour ne pas que je m'endorme, parfois, quand le sommeil me prenait plus vivement, ma forme physique occillait entre mes deux préférées, le vieu et le jeune. Il fallait que je fasse quelque chose, même si ce n'était rien de très intéressant, sinon j'allais m'endormir sur place. Je me relevais lascivement et me dirigeai vers la bibliothéque, lire serait peut-être mieux que dormir. Je pris un livre au hasard et m'assis dans un fauteuil épais et moelleux pour me mettre à liii....Zzzzz...



    * Il pleut dehors, le vent souffle plus fort que jamais avant ce jour-là et mais tout semble calme. Un jeune homme se trouve assis dans un arbre, il est à l'abri de l'eau qui tombe du ciel et du vent qui balait une plaine où ne se trouve qu'une petite maisonette penchée et mal-foutue. Le jeune homme joue avec un yo-yo, il le fait descendre et remonter le long du tronc, lui fait faire des va-et-vient de bas en haut. Il ne sait pas exactement où il se trouve, ni d'ailleurs pourquoi il est là, mais ça lui semble égal, il s'amuse comme un fou avec son jouet en bois pour gamin. Il ressemble même à un gamin avec son bout de bois et sa ficelle. Il se parle à lui-même, se pose des questions et semble jouer une pièce de théâtre connue de lui seul. Et pendant ce temps, le ciel se déchire un peu plus en un orage monstrueux dont les éclairs résonnent dans la plaine avec un bruit sinistre de fin du monde. La pluie se fait plus dure et forte, ne se laissant plus absorber par le sol meuble mais ruisselant dessus comme l'eau d'un torrent déchainé. Le jeune homme est tranquillement dans son arbre, en fait, il ne parait pas vraiment être un jeune homme, mais bel et bien un gamin, à peine plus âgé que dix ou douze ans. Il ne se rend compte de rien et est le plus heureux des enfants de la terre au milieu de la tempête. Mais le ciel est de plus en plus noir et les éclairs de plus en plus puissants et sauvages, zébrant les nuages de vives couleurs blanches. La terre semble même trembler de tant de violence dans le ciel, comme si cet orage là peut ébranler tout le monde entier et faire trembler terre et ciel réunit. En regardant le ciel, le jeune adolescent comprend que la tempête est bien pire que d'habitude. Il regarde le ciel et voit comme une plaie béhante qui l'ouvre en deux. Il aperçoit presque un.... *


Les méandres du sommeil se ferment soudainement tandis que mes yeux s'ouvrent et que je m'éveille pour voir le visage doux de Wolfgang...

♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦


Couleur = royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elevé - Inférieur
avatar

Messages : 7
Race : Humain de Terra Gaïa
Localisation : Lutèce
Travail du perso : Serveur

MessageSujet: Re: Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]   Lun 13 Sep - 22:02

Wolfgang avait décidé de rester dans sa chambrette cette matinée là. Il ne fessait rien de particulier, il était simplement allongé sur son lit. Il ressassait le passé, il songeait à l’abandon violent que lui avait fait subir sa mère et il s’en demandait une nouvelle fois les raisons. Il n’aurait pas du faire ça, ça lui donnait le cafard. Il tourna son visage et dévisagea son reflet dans un miroir. Un visage aux traits doux, des yeux bleus un peu candides et une chevelure saine, plutôt longue pour un homme. Il ne semblait pas du tout dangereux ainsi. Il se remit sur son dos et tendit ses mains devant son visage. Des mains ganté de gant en cuir, il plia ses doigts et les écarquilla très lentement. Il était si absorbé par ses observations qu’il avait la bouche légèrement entrouverte et pourtant le souffle court. Brusquement il secoua ses mains comme si elles étaient en feu et les remit une mimique agacée sur le visage sous son crâne. Finalement il fit ce qu’il avait de mieux à faire, c'est-à-dire rien, doucement il ferma les paupières pour se laisser aller au bras de Morphée. Son sommeil fut sans rêve.

Son repos ne se rompit que quand une goutte de pluie lui tomba sur le nez. Entre-sommeil et réveil, il se le frotta d’abord en grognant un peu mais quand une autre avalanche de gouttelette de pluie lui tomba sur le visage il fut bien obligé d’ouvrir grand les yeux pour trouver la source de ses soucis. Ce fut à ce moment là qu’il prit conscience du bruit de la foudre et de l’agitation soudaine dans les couloirs. Il entendait les gosses faire des va-et-vient et se donner des conseils, qu’il ne saisit pas entièrement. Au-dessus de lui il vit qu’une des tuiles de sa toiture avait fait la malle, il vivait sous les combles il avait insisté. Il aimait bien le calme qu’il y trouvait. Promptement il se redressa et posa les pieds au sol, il chercha ses chaussures qu’il enfila rapidement et se leva. Il chercha dans une vielle armoire croulante mais très propre son k-way. Il le trouva et s’en servit pour colmater provisoirement le trou dans son toit.

Quand il fut satisfait du résultat, il se décida à sortir de son antre de damné. Il croisa Rebekca une gamine brune de 13 ans qui avait un caractère naturel de leadeur. Elle avait toujours un sang-froid à toute épreuve cette gosse, elle se taisait sur son passé. Wo se posait parfois des questions sur elle mais jamais il n’aurait osé les posé de peur qu’elle se rebiffe. Il se contentait d’écouter ce qu’elle acceptait de lui dire quand elle était d’humeur bavarde. Là elle donnait des ordres, elle montrait ou placer les seaux. Elle l’interpella.


- Va réveiller Tim. Nous n’osions pas… Je ne voulais pas.

Wolfgang eut un doux sourire et posa une main gantée sur son épaule pour la rassurer. Il aurait tant voulu pouvoir l’embrasser sur le front mais c’était impossible. Wo savait pourquoi elle n’avait pas osé. Beka commençait à développer pour Tim un béguin tout adolescent. Beka eut un tendre sourire. Wo la lâcha ayant peur d’un bête accident, un seul frôlement et un seul instant de panique et il pouvait la tuer. Il lui était arrivé dans les escaliers que son visage frôle par inadvertance celui d’un enfant, s’il parvenait à rester calme cela ne posait aucun problème.

Mais il était difficile de ne pas paniquer un jour dans la ville il avait tué un vieil homme qui l’avait salué avec son chapeau de si près qu’il avait frôlé son visage. Il avait fuit les lieux et s’en était beaucoup voulu. Il s’était confié à un prêtre de la Jucalam qui lui avait paru peiné. Wolfgang c’était senti compris par cet homme de foi. Il avait lu dans son cœur, il le sentait. Il savait que Wolfgang ne voulait pas faire de mal mais qu’avec son don un accident pouvait si vite arrivé malgré toutes les précautions.

Il contourna Beka et descendit les marches d’un escalier légèrement grinçant sur deux étages avant de pouvoir pénétrer le salon. Dans un coin il vit les plus petits enfants visiblement apeurés sous la surveillance attentive de Jocaste une adolescente un peu étrange avec ses cheveux bleus. Amélia tenait fermement son bras. Cette blondinette était la favorite de Tim, il le savait. Cela se devinait aisément à la manière dont souvent il la couvait du regard. Il s’approcha de Tim installé dans un confortable fauteuil, un livre ouvert sur ses genoux. Wo fixa un instant le livre, tentant de deviner bien que ne sachant pas lire, il renonça rapidement. Wo posa une main ferme sur son épaule et secoua doucement. Il murmura d’une voix grave et rassurante.


- Tim nous avons un souci… Allez lève-toi. On a des bâches ici ?

Wolfgang s’écarta. Il y en avait peut-être dans la cave mais il n’en n’était pas certain alors autant attendre la réponse de Tim plutôt que de s’éparpiller vainement et perdre du temps. Il se dirigea vers le bar et chercha derrière le bar un paquet de bonbon divers et varié. Il le balança à Jocaste qui le rattrapa parfaitement au vol.

- Distribue aux enfants. Vous inquiétez pas les gosses il pleut juste un peu fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elevé - Inférieur
avatar

Messages : 16
Race : Humain de Terra Gaïa
Localisation : Lutèce - Le Fil d'Ariane
Travail du perso : Gérant du salon de thé Le Fil d'Ariane

MessageSujet: Re: Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]   Lun 13 Sep - 23:11

...le visage doux mais l'air préoccupé de Wolfgang. Quelque chose n'allait pas, je n'eus pas à douter de cela, même encore à moitié endormi. Je me redressai, prenant ma tête dans les mains, pour voir, et entendre surtout, qu'il y avait une tempête monstrueuse là-dehors et que le ciel semblait nous tomber sur la tête. Wo s'écarta, je ne vis pas vraiment ce qu'il fit, trop occupé à me lever. Jocaste veillait sur les enfants les plus jeunes et commença même à distribuer des bonbons que Wolfgang lui avait lancé. Il avait raison, ça calmerait les enfants pour un temps, peut-être pas très long, mais suffisant. Je m'approchais de lui d'un pas rapide, il avait demandé des bâches pendant que j'étais encore dans le gaz, elles étaient toutes en bas, à la cave.

- A la cave, y'a des bâches à la cave, occupe toi de ça avec Jocaste, je vais faire descendre les petits, c'est plus sûr.

Sur ces mots, je me dirigeais derrière l'escalier principal, là où se trouvait la porte vers la cave, il y en avait une autre dehors, une trappe plus qu'une porte, mais il faudrait vérifier qu'elle était bien fermée. Descendant avant tout le monde, après avoir déverrouiller la porte, je me dépèchais d'aller trouver une lampe à huile et de l'allumer pour éclairer la descente des enfants. Il en faudrait d'autres cependant pour éclairer la cave sombre. Jocaste aida à faire descendre les petits, les bonbons les avaient calmés un peu, maintenant ils suçottaient ou machouillaient. Amélia restait collée à Jocaste, je savais qu'elle aurait moins peur, mais il fallait que quelqu'un reste avec eux dans la cave. Heureusement, Kilian descendit à son tour, il avait aux alentours de quinze ans et était toujours Innocent. Je lui montrais rapidement où se trouvait le stock de lampes et comment les allumer. Puis je revins trouver Wolfgang.

- Tout est là-bas, dis en montrant une salle sur la gauche. Tu trouveras tout ce que tu veux, tu t'occupes des fuites et avec Beka je réunis les enfants ici. Toi et Jocaste nous y retrouvez quand vous avez fini.

Je me tus et commencai à repartir vers l'escalier mais je m'arrêtais. Un instant, je gardais les yeux au sol et puis me retournai soudainement pour regarder vers Wo.

- Fais attention à toi quand même hein, va pas tomber en escaladant le toit ou en te prenant la foudre.

Avec un clin d'oeil, je gravis l'escalier et montai les étages de l'orphelinat pour aller chercher les enfants. En chemin, je croisais Rebekca, elle descendait suivie de plusieurs enfants, elle avait même un petit garçon dans les bras. Quand j'arrivais au premier étage, je me mis à aller partout, fouillant chacune des pièces pour trouver des enfants perdus ou oubliés. J'en profitais aussi pour regarder dans les armoires et mettre dans un grand sac trouvé dans une chambre des vêtements chauds pour les enfants. Les chambres et autres étaient pratiquement toutes vides au premier, il restait encore plusieurs étages, cependant, il n'y avait pas des enfants à tous les niveaux, il n'y avait pas autant de monde que cela quand même.

Je fis pas mal d'aller-retour entre le troisième et le sous-sol, il y avait pas mal d'enfants et puis je leur laissais les vêtements à chacun de mes passages. Mais tandis que je faisais ça et que je fouillais les étages, je me demandais ce qu'il pouvait bien se passer. C'était dingue tout de même, pourquoi la pluie tombait-elle aussi soudainement et fortement ? Ce n'était peut-être rien, mais dans les lambeaux de souvenirs que j'avais de mon rêve, il pleuvait aussi beaucoup et l'orage était mémorable. Mais enfin, ce n'était sans doute qu'un rêve et il n'y avait aucune inquiétude à avoir à ce sujet. Sans doute.

Cela me prit en tout une demi-heure pour rassembler tout le monde dans les sous-sols et leur donner des vêtements chauds et un tant soit peu imperméable. A mon dernier voyage, je cherchais Wolfgang et Amélia parmis les enfants, je ne savais pas si lui était déjà là, mais elle, elle devait être là, se collant à Beka ou Kilian pour ne pas avoir trop peur. Je la trouvai finalement vite pour la prendre dans mes bras et continuai de chercher du regard le seul autre "adulte" de tout le bâtiment.

♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦


Couleur = royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elevé - Inférieur
avatar

Messages : 7
Race : Humain de Terra Gaïa
Localisation : Lutèce
Travail du perso : Serveur

MessageSujet: Re: Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]   Mar 14 Sep - 2:14

- A la cave, y'a des bâches à la cave, occupe toi de ça avec Jocaste, je vais faire descendre les petits, c'est plus sûr.

Wolfgang écouta attentivement Timothy. Il prit le temps de réfléchir une demi-seconde puis décida de se presser histoire de ne pas avoir les petits dans les pattes. Un accident pouvait si vite arrivé dans une cohue de panique. Pour l’instant les enfants se contentaient de suçoter les bonbons l’air patient. Mais qui sait quand le rationnel reprendrait de nouveau le dessus et qu’il se rendrait compte de la situation dans laquelle ils étaient plongés ? D’un signe de menton il fit signe à Jocaste de s’approcher ce qu’elle fit.

- Bon Jo t’as entendu… On va colmater les brèches avec les bâches. Je m’occupe des bâches et toi pendant ce temps trouve nous du sparadrap solide.
- D’acodac !

Wo eut un léger sourire amusé et ils se séparèrent. Il descendit comme un fou les escaliers menant à la cave et trouva rapidement trois grandes bâches. Il jugea à vu d’œil la surface et cela lui sembla suffisant. Tout le toit ne s’était pas non plus effondré. Ses yeux parcoururent rapidement la pièce quand quelque chose attira son regard. Il tendit alors ses doigts fins pour attraper une paire de ciseau. Si les bâches se révélaient trop grande sa pouvait avoir son utilité. Glissant la paire dans sa poche de jean et fourrant les bâches sous son bras, il remonta en moins de deux. Jocaste avait un rouleau de sparadrap en plastique dans la main. Super ! Tim revint à la charge. Etait-il inquiet ?

- Tout est là-bas, dis en montrant une salle sur la gauche. Tu trouveras tout ce que tu veux, tu t'occupes des fuites et avec Beka je réunis les enfants ici. Toi et Jocaste nous y retrouvez quand vous avez fini.

- Ne t’inquiètes pas Jo a déjà trouvé le matériel nécessaire. Ne t’angoisses pas et fais ce que tu as à faire.

Il souleva légèrement les bâches pour les montrer et Jocaste secoua son rouleau sous le nez de Tim. Sûrement qu’il ne l’avouerait pas mais pour Wo il semblait un peu stressé. Il se répétait un peu dans ses discours enfin bon ce n’était pas dramatique. Wo ne voyait pas l’intérêt de le souligner et puis surtout il y avait plus urgent à faire. Wo alors ne pensa même pas à le taquiner, sa voix n’était qu’apaisante et rien d’autre. Tim avait déjà tourné les talons et Wo aussi quand il entendit sa voix de nouveau. Il fit volteface pour le fixer.

- Fais attention à toi quand même hein, va pas tomber en escaladant le toit ou en te prenant la foudre.
- Hum promis.

Promettre était un mensonge il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait lui arriver en haut. Cependant il craignait peu de prendre la foudre tout de même. Le Fil d’Ariane n’était pas l’endroit le plus haut de Lutèce quand même et quand à dégringoler il n’avait jamais était de nature maladroite. Cette fois-ci il lui tourna définitivement le dos. Jocaste ne l’avait pas attendu et devait déjà être en haut à évaluer le nombre de trou et un peu près leur surface. Cette gamine avait était un peu éduqué contrairement à lui. Parfois il avait honte de son ignorance. Mais cela fessait à peine un mois qu’il s’était installé chez Tim. Il apprendrait à lire un jour forcément, du moins il l’espérait. Il avait un peu l’impression de passer pour l’idiot de service.

Wo entendit Tim s’engager aussi dans l’escalier mais il se stoppa au premier étage pour un petit tour. Wo lui poursuivit sans s’arrêter jusqu’au dernier. Il trouva Jocaste qui lui annonça 7 trous mais petit un mètre de toile carré suffirait pour chacun. Ils se mirent à découper les carrés sans soin particulier, faire dans la dentelle n’étant pas vraiment la priorité du jour. Patiemment ils rebouchèrent les trous un par un à l’aide du sparadrap. Ils en mirent une tonne pour être certain que le tout tienne. Cela leur prit tout de même un peu plus d’une demi-heure.

Quand ils descendirent tous le monde visiblement étaient déjà au sous-sol. Wo et Jo avaient pris du temps pour descendre car ils avaient condamné un à un les escaliers avec des bouts de bâche, en cas ou d’une nouveau trou dans la toiture. Il serait terrible de finir noyée dans les sous-sols. Une fois au rez-de-chaussée ils firent pareille avec les portes d’entrée. L’eau pouvait s’infiltrer en dessous. Enfin Wolfgang désigna une solide table en chêne qu’il fit installer au-dessus de la trappa menant au sous sol. Comme ça si tout par un grand malheur s’effondrait il ne resterait pas coincé en dessous les débris tombants sur la table et non sous. Il mit une bâche par dessus pour essayer d’éviter que sa roule par en-dessous puis ordonna à Jocaste de sortir.

Lui parti fouiller dans la cuisine il trouva ce qu’il cherchait un sac à légume en toile et fit trois trous dedans un pour la bouche et les deux autres pour les yeux. Il se le mit sur la tête dans la cave il risquait d’être proche. Il courut se glisser sous la table et ouvrir la trappe. Cela fessait 5 minute que jo était déjà entré. Il toqua sur la trappe et annonça pour ne terroriser personne avec son étrange costume.


- Bon je me suis déguisé les marmots.

Il ouvrit la trappe et descendit. Quand il posa le pied sur le sol son premier reflexe fut de chercher Tim et Beka. Il aimait vraiment cette ado et quand à Tim c’était un de ses seuls amis. Quand il les trouva ses traits se détendirent un peu mais sous son étrange masque ce n’était pas évident évident de le deviner.

- Jo m’a bien aidé. Tous est ok. Ce qui est bien c’est qu’on ne va pas mourir de faim vu que la cave est aussi la réserve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elevé - Inférieur
avatar

Messages : 16
Race : Humain de Terra Gaïa
Localisation : Lutèce - Le Fil d'Ariane
Travail du perso : Gérant du salon de thé Le Fil d'Ariane

MessageSujet: Re: Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]   Mer 10 Nov - 12:29

[ ça t'embête si on arrête le jour de la faille ? vu qu'on peut choisir et qu'on n'est pas obligé de faire ça en plus de l'élévation...parce que j'y arrive pas du tout à ça... ]

♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦-♦


Couleur = royalblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Cieux grognent, les Enfants crient [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Door :: Le Jour de le Faille-